Archives de catégorie : Livre 11

Intégralité du livre 11 des fables de la Fontaine.

Les Souris et le Chat-Huant

  Il ne faut jamais dire aux gens : « Écoutez un bon mot, oyez une merveille. » Savez-vous si les écoutants En feront une estime à la vôtre pareille ? Voici pourtant un cas qui peut être excepté : Je le maintiens prodige et tel que d’une fable Il a l’air et les traits… Lire la suite »

Le Vieillard et les trois jeunes Hommes

  Un octogénaire plantait. « Passe encore de bâtir ; mais planter à cet âge ! » Disaient trois Jouvenceaux, enfants du voisinage : Assurément il radotait. « Car, au nom des Dieux, je vous prie, Quel fruit de ce labeur pouvez-vous recueillir ? Autant qu’un patriarche il vous faudrait vieillir. À quoi bon charger… Lire la suite »

Le Paysan du Danube

  Il ne faut point juger des gens sur l’apparence. Le conseil en est bon ; mais il n’est pas nouveau. Jadis l’erreur du Souriceau Me servit à prouver le discours que j’avance : J’ai, pour le fonder à présent, Le bon Socrate, Ésope, et certain Paysan Des rives du Danube, homme dont Marc-Aurèle Nous… Lire la suite »

Le Loup et le Renard

  Mais d’où vient qu’au renard Ésope accorde un point, C’est d’exceller en tours pleins de matoiserie? J’en cherche la raison, et ne la trouve point. Quand le loup a besoin de défendre sa vie, Ou d’attaquer celle d’autrui, N’en sait-il pas autant que lui? Je crois qu’il en sait plus; et j’oserais peut-être Avec… Lire la suite »

Le Lion, le Singe et les deux Ânes

  Le Lion, pour bien gouverner, Voulant apprendre la morale, Se fit, un beau jour, amener Le Singe, maître ès arts chez la gent animale. La première leçon que donna le régent Fut celle-ci : « Grand Roi, pour régner sagement, Il faut que tout prince préfère Le zèle de l’État à certain mouvement Qu’on… Lire la suite »

Le Songe d’un Habitant du Mogol

  Jadis certain Mogol vit en songe un vizir Aux Champs Élysiens possesseur d’un plaisir Aussi pur qu’infini, tant en prix qu’en durée : Le même songeur vit en une autre contrée Un ermite entouré de feux, Qui touchait de pitié même les malheureux. Le cas parut étrange, et contre l’ordinaire : Minos en ces… Lire la suite »

Le Fermier, le Chien et le Renard

  Le Loup et le Renard sont d’étranges voisins : Je ne bâtirai point autour de leur demeure. Ce dernier guettait à toute heure Les poules d’un Fermier ; et quoique des plus fins, Il n’avait pu donner d’atteinte à la volaille. D’une part l’appétit, de l’autre le danger, N’étaient pas au compère un embarras… Lire la suite »

Pour Monseigneur le Duc du Maine

  Jupiter eut un fils qui se sentant du lieu Dont il tirait son origine Avait l’âme toute divine. L’enfance n’aime rien : celle du jeune Dieu Faisait sa principale affaire Des doux soins d’aimer et de plaire. En lui l’amour et la raison Devancèrent le temps, dont les ailes légères N’amènent que trop tôt,… Lire la suite »

Le Lion

  Sultan Léopard autrefois Eut, ce dit-on, par mainte aubaine, Force bœufs dans ses prés, force Cerfs dans ses bois, Force moutons parmi la plaine. Il naquit un Lion dans la forêt prochaine. Après les compliments et d’une et d’autre part, Comme entre grands il se pratique, Le Sultan fit venir son Vizir le Renard,… Lire la suite »