Archives de catégorie : Livre 12

Intégralité du livre 12 des fables de la Fontaine.

Le Juge arbitre, l’Hospitalier et le Solitaire

  Trois Saints également jaloux de leur salut, Portés d’un même esprit, tendaient à même but. Ils s’y prirent tous trois par des routes diverses. Tous chemins vont à Rome : ainsi nos Concurrents Crurent pouvoir choisir des sentiers différents. L’un touché des soucis, des longueurs, des traverses Qu’en apanage on voit aux Procès attachés,… Lire la suite »

Les Filles de Minée

  Je chante dans ces Vers les Filles de Minée, Troupe aux arts de Pallas dès l’enfance adonnée, Et de qui le travail fit entrer en courroux Bacchus, à juste droit de ses honneurs jaloux. Tout Dieu veut aux humains se faire reconnaître. On ne voit point les champs répondre aux soins du Maître, Si… Lire la suite »

Belphégor

  Un jour Satan, Monarque des enfers, Faisait passer ses Sujets en revue. Là confondus tous les états divers, Princes et Rois, et la tourbe menue, Jetaient maint pleur, poussaient maint et maint cri, Tant que Satan en était étourdi. Il demandait en passant à chaque âme ; Qui t’a jetée en l’éternelle flamme ?… Lire la suite »

La Matrone d’Éphèse

  S’il est un conte usé, commun, et rebattu C’est celui qu’en ces Vers j’accommode à ma guise. Et pourquoi donc le choisis-tu ? Qui t’engage à cette entreprise ? N’a-t-elle point déjà produit assez d’écrits ? Quelle grâce aura ta Matrone Au prix de celle de Pétrone ? Comment la rendras-tu nouvelle à nos… Lire la suite »

Philémon et Baucis

  Ni l’or ni la grandeur ne nous rendent heureux ; Ces deux Divinités n’accordent à nos vœux Que des biens peu certains, qu’un plaisir peu tranquille, Des soucis dévorans c’est l’éternel asile, Véritables Vautours que le fils de Japet Représente enchaîné sur son triste sommet. L’humble toit est exempt d’un tribut si funeste ;… Lire la suite »

Daphnis et Alcimadure

  Aimable fille d’une mère À qui seule aujourd’hui mille coeurs font la cour, Sans ceux que l’amitié rend soigneux de vous plaire, Et quelques-uns encore que vous garde l’amour ; Je ne puis qu’en cette préface Je ne partage entre elle et vous Un peu de cet encens qu’on recueille au Parnasse, Et que… Lire la suite »

Le Renard anglais

  Le bon coeur est chez vous compagnon du bon sens Avec cent qualités trop longues à déduire, Une noblesse d’âme, un talent pour conduire Et les affaires et les gens, Une humeur franche et libre, et le don d’être amie Malgré Jupiter même et les temps orageux. Tout cela méritait un éloge pompeux :… Lire la suite »

Un Fou et un Sage

  Certain Fou poursuivait à coups de pierre un Sage. Le Sage se retourne, et lui dit : Mon ami, C’est fort bien fait à toi ; reçois cet écu-ci : Tu fatigues assez pour gagner davantage. Toute peine, dit-on, est digne de loyer. Vois cet homme qui passe ; il a de quoi payer… Lire la suite »

L’Eléphant, et le Singe de Jupiter

  Autrefois l’Éléphant et le Rhinocéros, En dispute du pas et des droits de l’Empire, Voulurent terminer la querelle en champ clos. Le jour en était pris, quand quelqu’un vint leur dire Que le Singe de Jupiter, Portant un caducée, avait paru dans l’air. Ce Singe avait nom Gille, à ce que dit l’histoire. Aussitôt… Lire la suite »

Le Philosophe scythe

  Un Philosophe austère, et né dans la Scythie, Se proposant de suivre une plus douce vie, Voyagea chez les Grecs, et vit en certains lieux Un Sage assez semblable au vieillard de Virgile, Homme égalant les Rois, homme approchant des Dieux, Et, comme ces derniers satisfait et tranquille. Son bonheur consistait aux beautés d’un… Lire la suite »

Le Singe

  Il est un Singe dans Paris À qui l’on avait donné femme : Singe en effet d’aucuns maris, Il la battait. La pauvre dame En a tant soupiré, qu’enfin elle n’est plus. Leur fils se plaint d’étrange sorte, Il éclate en cris superflus : Le père en rit, sa femme est morte ; Il… Lire la suite »

Le Renard et les Poulets d’Inde

  Contre les assauts d’un Renard Un arbre à des Dindons servait de citadelle. Le perfide ayant fait tout le tour du rempart, Et vu chacun en sentinelle, S’écria : « Quoi ! ces gens se moqueront de moi ! Eux seuls seront exempts de la commune loi ! Non, par tous les Dieux, non.… Lire la suite »

Le Renard, le Loup et le Cheval

  Un Renard, jeune encore, quoique des plus madrés, Vit le premier cheval qu’il eût vu de sa vie. Il dit à certain Loup, franc novice : « Accourez, Un animal paît dans nos prés, Beau, grand ; j’en ai la vue encore toute ravie. – Est-il plus fort que nous ? dit le Loup… Lire la suite »

La Forêt et le Bûcheron

  Un Bûcheron venait de rompre ou d’égarer Le bois dont il avait emmanché sa cognée. Cette perte ne put sitôt se réparer Que la Forêt n’en fût quelque temps épargnée. L’Homme enfin la prie humblement De lui laisser tout doucement Emporter une unique branche, Afin de faire un autre manche : Il irait employer… Lire la suite »

Le Corbeau, la Gazelle, la Tortue et le Rat

  À Madame de la Sablière Je vous gardais un temple dans mes vers : Il n’eût fini qu’avecque l’Univers. Déjà ma main en fondait la durée Sur ce bel Art qu’ont les Dieux inventé, Et sur le nom de la Divinité Que dans ce temple on aurait adorée. Sur le portail j’aurais ces mots… Lire la suite »

L’Amour et la Folie

  Tout est mystère dans l’Amour, Ses flèches, son carquois, son flambeau, son enfance : Ce n’est pas l’ouvrage d’un jour Que d’épuiser cette science. Je ne prétends donc point tout expliquer ici : Mon but est seulement de dire, à ma manière, Comment l’aveugle que voici (C’est un Dieu), comment, dis-je, il perdit la… Lire la suite »

Le Renard, les Mouches et le Hérisson

  Aux traces de son sang un vieux hôte des bois, Renard fin, subtil et matois, Blessé par des chasseurs et tombé dans la fange, Autrefois attira ce parasite ailé Que nous avons mouche appelé. Il accusait les Dieux, et trouvait fort étrange Que le Sort à tel point le voulût affliger, Et le fit… Lire la suite »

Le Milan, le Roi et le Chasseur

  À son Altesse Sérénissime Monseigneur le Prince de Conti Comme les Dieux sont bons, ils veulent que les Rois Le soient aussi : c’est l’indulgence Qui fait le plus beau de leurs droits, Non les douceurs de la vengeance : Prince, c’est votre avis. On sait que le courroux S’éteint en votre coeur sitôt… Lire la suite »

L’Aigle et la Pie

  L’Aigle, reine des airs, avec Margot la pie, Différentes d’humeur, de langage, et d’esprit Et d’habit, Traversaient un bout de prairie. Le hasard les assemble en un coin détourné. L’Agasse eut peur, mais l’Aigle, ayant fort bien dîné, La rassure, et lui dit : « Allons de compagnie : Si le maître des Dieux… Lire la suite »

L’Écrevisse et sa Fille

  Les Sages quelquefois, ainsi que l’Écrevisse, Marchent à reculons, tournent le dos au port. C’est l’art des matelots : c’est aussi l’artifice De ceux qui, pour couvrir quelque puissant effort, Envisagent un point directement contraire, Et font vers ce lieu-là courir leur adversaire. Mon sujet est petit, cet accessoire est grand : Je pourrais… Lire la suite »

Le Loup et le Renard

  D’où vient que personne en la vie N’est satisfait de son état ? Tel voudrait bien être soldat À qui le soldat porte envie. Certain Renard voulut, dit-on, Se faire loup. Eh ! qui peut dire Que pour le métier de mouton Jamais aucun loup ne soupire ? Ce qui m’étonne est qu’à huit… Lire la suite »

La Querelle des chiens et des chats et celle des chats et des souris

  La Discorde a toujours régné dans l’Univers, Notre monde en fournit mille exemples divers : Chez nous cette déesse a plus d’un tributaire. Commençons par les éléments : Vous serez étonnés de voir qu’à tous moments Ils seront appointés contraire. Outre ces quatre potentats, Combien d’êtres de tous états Se font une guerre éternelle… Lire la suite »

La Chauve-Souris, le Buisson et le Canard

  Le Buisson, le Canard, et la Chauve-Souris, Voyant tous trois qu’en leur pays Ils faisaient petite fortune, Vont trafiquer au loin, et font bourse commune. Ils avaient des comptoirs, des facteurs, des agents Non moins soigneux qu’intelligents, Des registres exacts de mise et de recette. Tout allait bien, quand leur emplette, En passant par… Lire la suite »

Le Cerf malade

  En pays pleins de cerfs, un cerf tomba malade. Incontinent maint camarade Accourt à son grabat le voir, le secourir, Le consoler du moins : multitude importune. « Eh ! messieurs, laissez-moi mourir : Permettez qu’en forme commune La Parque m’expédie, et finissez vos pleurs. » Point du tout : les consolateurs De ce… Lire la suite »

Le Vieux Chat et la jeune Souris

  Une jeune Souris, de peu d’expérience, Crut fléchir un vieux Chat, implorant sa clémence, Et payant de raisons le Raminagrobis : « Laissez-moi vivre : une souris De ma taille et de ma dépense Est-elle à charge en ce logis ? Affamerais-je, à votre avis, L’hôte et l’hôtesse, et tout leur monde ? D’un… Lire la suite »