Archives de catégorie : Livre 7

Intégralité du livre 7 des fables de la Fontaine.

Un Animal dans la Lune

  Pendant qu’un philosophe assure, Que toujours par leurs sens les hommes sont dupés, Un autre philosophe jure, Qu’ils ne nous ont jamais trompés. Tous les deux ont raison ; et la philosophie Dit vrai, quand elle dit que les sens tromperont, Tant que sur leur rapport les hommes jugeront ; Mais aussi si l’on… Lire la suite »

La Tête et la Queue du Serpent

  Le Serpent a deux parties Du genre humain ennemies, Tête et Queue ; et toutes deux Ont acquis un nom fameux Auprès des Parques cruelles : Si bien qu’autrefois entre elles Il survint de grands débats Pour le pas. La Tête avait toujours marché devant la Queue. La Queue au Ciel se plaignit, Et… Lire la suite »

Le Chat, la Belette et le petit Lapin

  Du palais d’un jeune Lapin Dame Belette, un beau matin, S’empara : c’est une rusée. Le maître étant absent, ce lui fut chose aisée. Elle porta chez lui ses pénates, un jour Qu’il était allé faire à l’Aurore sa cour, Parmi le thym et la rosée. Après qu’il eut brouté, trotté, fait tous ses… Lire la suite »

Les Devineresses

  C’est souvent du hasard que naît l’opinion, Et c’est l’opinion qui fait toujours la vogue. Je pourrais fonder ce prologue Sur gens de tous états : tout est prévention, Cabale, entêtement ; point ou peu de justice : C’est un torrent ; qu’y faire ? Il faut qu’il ait son cours : Cela fut… Lire la suite »

L’Ingratitude et l’Injustice des hommes envers la Fortune

  Un trafiquant sur mer, par bonheur, s’enrichit. Il triompha des vents pendant plus d’un voyage : Gouffre, banc, ni rocher, n’exigea de péage D’aucun de ses ballots ; le Sort l’en affranchit. Sur tous ses compagnons Atropos et Neptune Recueillirent leur droit, tandis que la Fortune Prenait soin d’amener son marchand à bon port.… Lire la suite »

Les deux Coqs

  Deux Coqs vivaient en paix : une Poule survint, Et voilà la guerre allumée. Amour, tu perdis Troie ; et c’est de toi que vint Cette querelle envenimée Où du sang des Dieux même on vit le Xanthe teint ! Longtemps entre nos Coqs le combat se maintint ; Le bruit s’en répandit par… Lire la suite »

Le Curé et le Mort

  Un Mort s’en allait tristement S’emparer de son dernier gîte ; Un Curé s’en allait gaiement Enterrer ce mort au plus vite. Notre défunt était en carrosse porté, Bien et dûment empaqueté ; Et vêtu d’une robe, hélas ! qu’on nomme bière, Robe d’hiver, robe d’été, Que les morts ne dépouillent guère. Le pasteur… Lire la suite »

La Laitière et le Pot au lait

  Perrette, sur sa tête ayant un pot au lait Bien posé sur un coussinet, Prétendait arriver sans encombre à la ville. Légère et court vêtue, elle allait à grands pas ; Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile, Cotillon simple et souliers plats. Notre laitière ainsi troussée Comptait déjà dans sa pensée Tout… Lire la suite »

Le Coche et la Mouche

  Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé, Et de tous les côtés au Soleil exposé, Six forts chevaux tiraient un Coche. Femmes, Moine, vieillards, tout était descendu. L’attelage suait , soufflait , était rendu. Une Mouche survient, et des chevaux s’approche ; Prétend les animer par son bourdonnement ; Pique l’un, pique l’autre, et pense… Lire la suite »

Les Vautours et les Pigeons

  Mars autrefois mit tout l’air en émeute. Certain sujet fit naître la dispute Chez les oiseaux ; non ceux que le Printemps Mène à sa Cour, et qui, sous la feuillée, Par leur exemple et leurs sons éclatants Font que Vénus est en nous réveillée ; Ni ceux encor que la Mère d’Amour Met… Lire la suite »

La Cour du Lion

  Sa Majesté Lionne un jour voulut connaître De quelles nations le Ciel l’avait fait maître. Il manda donc par députés Ses vassaux de toute nature, Envoyant de tous les côtés Une circulaire écriture, Avec son sceau. L’écrit portait Qu’un mois durant le Roi tiendrait Cour plénière, dont l’ouverture Devait être un fort grand festin,… Lire la suite »

Les Souhaits

  Il est au Mogol des follets Qui font office de valets, Tiennent la maison propre, ont soin de l’équipage, Et quelquefois du jardinage. Si vous touchez à leur ouvrage, Vous gâtez tout. Un d’eux près du Gange autrefois Cultivait le jardin d’un assez bon bourgeois. Il travaillait sans bruit, avait beaucoup d’adresse, Aimait le… Lire la suite »

La Fille

  Certaine fille, un peu trop fière Prétendait trouver un mari Jeune, bien fait et beau, d’agréable manière, Point froid et point jaloux : notez ces deux points-ci. Cette fille voulait aussi Qu’il eût du bien, de la naissance, De l’esprit, enfin tout. Mais qui peut tout avoir ? Le Destin se montra soigneux de… Lire la suite »

Le Héron

  Un jour, sur ses longs pieds, allait, je ne sais où, Le Héron au long bec emmanché d’un long cou : Il côtoyait une rivière. L’onde était transparente ainsi qu’aux plus beaux jours ; Ma commère la Carpe y faisait mille tours Avec le Brochet son compère. Le Héron en eût fait aisément son… Lire la suite »

Le Rat qui s’est retiré du monde

  Les Levantins en leur légende Disent qu’un certain Rat, las des soins d’ici-bas, Dans un fromage de Hollande Se retira loin du tracas. La solitude était profonde, S’étendant partout à la ronde. Notre ermite nouveau subsistait là-dedans. Il fit tant, de pieds et de dents, Qu’en peu de jours il eut au fond de… Lire la suite »

Le mal Marié

  Que le bon soit toujours camarade du beau, Dès demain je chercherai femme ; Mais comme le divorce entre eux n’est pas nouveau, Et que peu de beaux corps, hôtes d’une belle âme, Assemblent l’un et l’autre point, Ne trouvez pas mauvais que je ne cherche point. J’ai vu beaucoup d’hymens ; aucuns d’eux… Lire la suite »

Les Animaux malades de la peste

  Un mal qui répand la terreur, Mal que le Ciel en sa fureur Inventa pour punir les crimes de la terre, La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom), Capable d’enrichir en un jour l’Achéron, Faisait aux Animaux la guerre. Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés : On n’en voyait point… Lire la suite »