Archives de catégorie : Livre 8

Intégralité du livre 8 des fables de la Fontaine.

Le Loup et le Chasseur

  Fureur d’accumuler, monstre de qui les yeux Regardent comme un point tous les bienfaits des Dieux, Te combattrai-je en vain sans cesse en cet ouvrage ? Quel temps demandes-tu pour suivre mes leçons ? L’homme, sourd à ma voix comme à celle du sage, Ne dira-t-il jamais : « C’est assez, jouissons » ?… Lire la suite »

Démocrite et les Abdéritains

  Que j’ai toujours haï les pensées du vulgaire ! Qu’il me semble profane, injuste, et téméraire, Mettant de faux milieux entre la chose et lui, Et mesurant par soi ce qu’il voit en autrui ! Le maître d’Épicure en fit l’apprentissage. Son pays le crut fou. Petits esprits ! Mais quoi ? Aucun n’est… Lire la suite »

Les deux Chiens et l’Âne mort

  Les vertus devraient être soeurs, Ainsi que les vices sont frères. Dès que l’un de ceux-ci s’empare de nos coeurs, Tous viennent à la file ; il ne s’en manque guères : J’entends de ceux qui, n’étant pas contraires, Peuvent loger sous même toit. À l’égard des vertus, rarement on les voit Toutes en… Lire la suite »

L’Éducation

  Laridon et César, frères dont l’origine Venait de chiens fameux, beaux, bien faits et hardis, À deux maîtres divers échus au temps jadis, Hantaient, l’un les forêts, et l’autre la cuisine. Ils avaient eu d’abord chacun un autre nom ; Mais la diverse nourriture Fortifiant en l’un cette heureuse nature, En l’autre l’altérant, un… Lire la suite »

Le Torrent et la Rivière

  Avec grand bruit et grand fracas Un torrent tombait des montagnes : Tout fuyait devant lui ; l’horreur suivait ses pas ; Il faisait trembler les campagnes. Nul voyageur n’osait passer Une barrière si puissante ; Un seul vit des voleurs ; et se sentant presser, Il mit entre eux et lui cette onde… Lire la suite »

Le Chat et le Rat

  Quatre animaux divers, le Chat grippe-fromage, Triste-oiseau le Hibou, ronge-maille le Rat, Dame Belette au long corsage, Toutes gens d’esprit scélérat, Hantaient le tronc pourri d’un pin vieux et sauvage. Tant y furent, qu’un soir à l’entour de ce pin L’homme tendit ses rets. Le Chat, de grand matin Sort pour aller chercher sa… Lire la suite »

Le Faucon et le Chapon

  Une traîtresse voix bien souvent vous appelle ; Ne vous pressez donc nullement : Ce n’était pas un sot, non, non, et croyez-m’en, Que le Chien de Jean de Nivelle. Un citoyen du Mans, chapon de son métier Était sommé de comparaître Par-devant les lares du maître, Au pied d’un tribunal que nous nommons… Lire la suite »

Jupiter et les Tonnerres

  Jupiter voyant nos fautes, Dit un jour du haut des airs : « Remplissons de nouveaux hôtes Les cantons de l’Univers Habités par cette race Qui m’importune et me lasse. Va-t’en, Mercure, aux Enfers, Amène-moi la Furie La plus cruelle des trois. Race que j’ai trop chérie, Tu périras cette fois ! » Jupiter… Lire la suite »

L’Avantage de la science

  Entre deux bourgeois d’une ville S’émut jadis un différend : L’un était pauvre, mais habile ; L’autre, riche, mais ignorant. Celui-ci sur son concurrent Voulait emporter l’avantage ; Prétendait que tout homme sage Était tenu de l’honorer. C’était tout homme sot ; car pourquoi révérer Des biens dépourvus de mérite ? La raison m’en… Lire la suite »

Le Bassa et le Marchand

  Un marchand grec en certaine contrée Faisait trafic. Un Bassa l’appuyait ; De quoi le Grec en bassa le payait, Non en marchand : tant c’est chère denrée Qu’un protecteur ! Celui-ci coûtait tant, Que notre Grec s’allait partout plaignant. Trois autres Turcs, d’un rang moindre en puissance, Lui vont offrir leur support en… Lire la suite »

L’Âne et le Chien

  Il se faut entraider, c’est la loi de nature. L’Âne un jour pourtant s’en moqua : Et ne sais comme il y manqua ; Car il est bonne créature. Il allait par pays, accompagné du Chien, Gravement, sans songer à rien ; Tous deux suivis d’un commun maître. Ce maître s’endormit. L’Âne se mit… Lire la suite »

L’Horoscope

  On rencontre sa destinée Souvent par des chemins qu’on prend pour l’éviter. Un père eut pour toute lignée Un fils qu’il aima trop, jusque à consulter Sur le sort de sa géniture, Les diseurs de bonne aventure. Un de ces gens lui dit, que des Lions sur tout Il éloignât l’enfant jusque à certain… Lire la suite »

Le Rat et l’Éléphant

  Se croire un personnage est fort commun en France : On y fait l’homme d’importance, Et l’on n’est souvent qu’un bourgeois. C’est proprement le mal français. La sotte vanité nous est particulière. Les Espagnols sont vains, mais d’une autre manière : Leur orgueil me semble, en un mot, Beaucoup plus fou, mais pas si… Lire la suite »

Les Obsèques de la Lionne

  La femme du Lion mourut ; Aussitôt chacun accourut Pour s’acquitter envers le Prince De certains compliments de consolation, Qui sont surcroît d’affliction. Il fit avertir sa province Que les obsèques se feraient Un tel jour, en tel lieu ; ses prévôts y seraient Pour régler la cérémonie, Et pour placer la compagnie. Jugez… Lire la suite »

Tircis et Amarante

  Pour Mademoiselle de Sillery J’avais Ésope quitté Pour être tout à Boccace ; Mais une divinité Veut revoir sur le Parnasse Des fables de ma façon ; Or, d’aller lui dire : Non, Sans quelque valable excuse, Ce n’est pas comme on en use Avec des Divinités, Surtout quand ce sont de celles Que… Lire la suite »

Le Cochon, la Chèvre et le Mouton

  Une Chèvre, un Mouton, avec un Cochon gras, Montés sur même char s’en allaient à la foire : Leur divertissement ne les y portait pas ; On s’en allait les vendre, à ce que dit l’histoire : Le Charton n’avait pas dessein De les mener voir Tabarin. Dom pourceau criait en chemin, Comme s’il… Lire la suite »

Les deux Amis

  Deux vrais Amis vivaient au Monomotapa : L’un ne possédait rien qui n’appartînt à l’autre : Les amis de ce pays-là Valent bien, dit-on, ceux du nôtre. Une nuit que chacun s’occupait au sommeil, Et mettait à profit l’absence du soleil, Un de nos deux Amis sort du lit en alarme ; Il court… Lire la suite »

L’Ours et l’Amateur des jardins

  Certain Ours montagnard, ours à demi léché, Confiné par le Sort dans un bois solitaire, Nouveau Bellérophon, vivait seul et caché. Il fût devenu fou : la raison d’ordinaire N’habite pas longtemps chez les gens séquestrés. Il est bon de parler, et meilleur de se taire ; Mais tous deux sont mauvais alors qu’ils… Lire la suite »

Le Rat et l’Huître

  Un Rat, hôte d’un champ, rat de peu de cervelle, Des lares paternels un jour se trouva sou. Il laisse là le champ, le grain, et la javelle, Va courir le pays, abandonne son trou. Sitôt qu’il fut hors de la case : « Que le monde, dit-il, est grand et spacieux ! Voilà… Lire la suite »

Le Rieur et les Poissons

  On cherche les rieurs ; et moi je les évite. Cet art veut, sur tout autre, un suprême mérite : Dieu ne créa que pour les sots Les méchants diseurs de bons mots. J’en vais peut-être en une fable Introduire un ; peut-être aussi Que quelqu’un trouvera que j’aurai réussi. Un Rieur était à… Lire la suite »

Le Chien qui porte à son cou le dîné de son maître

  Nous n’avons pas les yeux à l’épreuve des belles, Ni les mains à celle de l’or : Peu de gens gardent un trésor Avec des soins assez fidèles. Certain Chien, qui portait la pitance au logis, S’était fait un collier du dîner de son maître. Il était tempérant, plus qu’il n’eût voulu l’être Quand… Lire la suite »

Les Femmes et le Secret

  Rien ne pèse tant qu’un secret ; Le porter loin est difficile aux dames ; Et je sais même sur ce fait Bon nombre d’hommes qui sont femmes. Pour éprouver la sienne un mari s’écria, La nuit, étant près d’elle : « Ô Dieux ! qu’est-ce cela ? Je n’en puis plus ; on… Lire la suite »

L’Homme et la Puce

  Par des voeux importuns nous fatiguons les Dieux, Souvent pour des sujets même indignes des hommes. Il semble que le Ciel sur tous tant que nous sommes Soit obligé d’avoir incessamment les yeux, Et que le plus petit de la race mortelle, À chaque pas qu’il fait, à chaque bagatelle, Doive intriguer l’Olympe et… Lire la suite »

Le Pouvoir des Fables

  La qualité d’Ambassadeur Peut-elle s’abaisser à des contes vulgaires ? Vous puis je offrir mes vers et leurs grâces légères ? S’ils osent quelquefois prendre un air de grandeur, Seront-ils point traités par vous de téméraires ? Vous avez bien d’autres affaires À démêler que les débats Du Lapin et de la Belette :… Lire la suite »

Le Lion, le Loup et le Renard

  Un Lion décrépit, goutteux, n’en pouvant plus, Voulait que l’on trouvât remède à la vieillesse : Alléguer l’impossible aux Rois, c’est un abus. Celui-ci parmi chaque espèce Manda des Médecins ; il en est de tous arts : Médecins au Lion viennent de toutes parts ; De tous côtés lui vient des donneurs de… Lire la suite »